Réunion des responsables des départements de français, Bucarest, les 24-25 novembre 2016

Le Bureau Europe centrale et orientale (BECO) de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a organisé, les 24 et 25 novembre 2016, une réunion des responsables des départements de français des universités membres en région ECO.

La réunion s’est tenue à l’Université des sciences agronomiques et de médecine vétérinaire de Bucarest, Roumanie, dans le cadre du projet « Dialogue d’expertise » de l’AUF. Une centaine de chefs de départements d’études françaises et langues étrangères appliquées, de même que des représentants des ministères de l’éducation de 22 pays d’Europe centrale et de l’Est ont débattu l’évolution des dispositifs universitaires de formation du/en français en région ECO. Un autre sujet sensible abordé a été la baisse significative du nombre d’étudiants dans les établissements de cette partie de l’Europe, y compris la diminution du nombre d’apprenants de français, les causes de ce phénomène, les stratégies et les mesures à prendre afin de changer la donne dans le système de l’éducation.

L’événement a débuté par la séance plénière, lors de laquelle les participants ont été salués par M. Mohamed Ketata, Directeur régional pour l’ECO; Mme Amélie Nadeau, responsable de projets, AUF, Canada et Mme Liliana Lupusor, responsable de projets, BECO, Bucarest.

Les travaux ont continué en deux ateliers:

  • Atelier 1:Évolution des départements de langue et littérature françaises: organisation, structure, rénovation, développement.
  • Atelier 2:Évolution des départements/sections de français et centres universitaires de langue française: organisation, structuration de l’offre (FLE, FOS et FOU), pratiques pédagogiques,

En ma qualité de chef du Département de philologie romane, j’ai représenté l’ULIM à cette réunion, en intervenant au sein du premier atelier avec une présentation du département, son historique et son évolution au cours des 4 dernières années, des perspectives envisagées et des formations francophones mises en place à l’ULIM.

Suite aux discussions menées avec les collègues de l’étranger, nous avons relevé les points forts et les points faibles des départements de français et nous avons formulé certaines recommandations afin de diversifier l’offre des formations du/en français et améliorer leur qualité. Parmi ces recommandations je citerais:

  • l’encouragement de la mobilité des étudiants dans les deux sens (out et in);
  • le renforcement de la collaboration entre les universitaires et le milieu pré-universitaire pour appuyer les jeunes dans leur parcours scolaire et entre les universitaires et le milieu entrepreneurial pout faciliter l’insertion professionnelle des diplômés ;
  • l’établissement d’un réseau grâce auquel les étudiants de France ou d’autres pays francophones puissent réaliser des stages professionnels dans les pays d’Europe de l’Est;
  • la reprise des cours de remise à niveau en français et la mise à disposition des ressources utiles pour aider les débutants à étudier et à atteindre le niveau nécessaire;
  • l’initiation des formations scientifiques (par groupe d’intérêts et en fonction des matières théoriques enseignées) pour les enseignants, etc.

Pendant ce séjour à Bucarest, nous avons également bénéficié d’une visite à l’Ambassade de France en Roumanie et nous avons pu discuter de l’avenir de la langue française avec Son Excellence, Monsieur l’Ambassadeur François Saint-Paul.

Merci à l’AUF, l’unique association immanquablement intéressée aux problèmes et aux besoins des enseignants et des étudiants francophones!

Pin It